L’édition 2020 du festival Press Start organisé par la Bibliothèque Publique d’Information (BPI) est consacrée au thème “post-apocalyptique”. Le jeu vidéo a contribué au développement de ces univers du “monde d’après”  désormais connus de tous, y compris des élèves du collège Beaumarchais (Paris 11) qui ont décidé de relever un défi pour l’événement : créer un jeu vidéo en 10 heures avec l’aide de Copotato. Plongée dans des ateliers de création ludique et appliqués.

Press Start : un événement participatif

Chaque année, le festival Press Start propose de regarder et de vivre le jeu vidéo à travers une thématique. Démonstration, jeux en accès libres, ateliers de création viennent compléter les conférences avec des professionnels du secteur. Press Start se veut ouvert à tous : joueurs connaisseurs comme amateurs ou simples curieux. 

 

Cette année l’édition s’enrichit avec une collaboration particulière : une classe de 3ème du collège Beaumarchais et leur professeur de technologie, Frédéric Bonnard ont accepté de tenter la création d’un jeu vidéo en 3 ateliers. C’est l’occasion de donner la parole aux collégiens qui peuvent ainsi exprimer leur propre vision du “post apocalyptique”. Les élèves conçoivent un univers, écrivent une histoire qui reflètent leurs préoccupations sur le monde actuel. 

 

Comme dans toute production de jeu vidéo, le temps presse. Dès le premier atelier, la classe est divisée en 4 groupes. Du narrative designer  (qui rédige l’histoire) au graphiste en passant par le programmeur, comme dans un vrai studio de création de jeu vidéo, les élèves choisissent le rôle qu’ils souhaitent jouer dans le projet. 

 

Il faut ensuite très rapidement déterminer le cadre et le type de jeu (plateforme – action aventure – puzzle etc.) que chaque groupe souhaite produire. Catastrophe naturelle ou virus ? Zombie ou monstres des mers ? Doit-on sauver le monde ou protéger son village ? Autant de choix narratifs et de game design que les élèves à faire dès le premier atelier avant de lancer la production.

La création de jeu vidéo comme terrain d’apprentissage scolaire

Copotato se donne pour mission de former à travers le jeu vidéo sous toutes ses formes. L’initiation à la création de jeu sur des publics adolescents ou adultes est un moyen idéal pour travailler les savoir faire et savoir etre. Dans ces ateliers menés à la BPI, les enseignants de technologie comme de français qui participent également aux ateliers jouent un rôle décisif dans la transmission des connaissances nécessaires au projet. La programmation mobilise des compétences techniques, logiques et des connaissances en mathématiques. Le graphisme et le sound design font appel au sens artistique. La narration ne serait rien sans un travail rédactionnel approfondi. Les élèves appliquent, sans le savoir, ce qu’ils apprennent en classe. Ils sont en général plus motivés pour apprendre une nouvelle notion qu’ils pourront mettre en pratique directement dans le projet de jeu vidéo. 

 

Il est aussi nécessaire de savoir travailler en groupe, de s’écouter, de s’entraider. Les élèves apportent tous leur personnalité dans le projet. Certains se découvrent des talents en pratiquant une nouvelle discipline ou en prenant un main un nouvel outil. Tous s’investissent et gagnent en autonomie car le jeu vidéo fait appel à des capacités de résolution de problème en permanence. Les élèves découvrent l’envers du décor de leur loisir favori : créer un jeu vidéo demande du temps et de l’énergie. 

Crédit photo : BPI 

Produire un jeu comme des pros

Grâce au cadre idéal de la BPI qui prête le lieu et les équipements, la classe est dans les meilleurs conditions pour travailler. Le deuxième atelier se déroule dans une atmosphère d’effervescence. On aperçoit déjà les premiers prototypes jouables, des personnages animés qui s’intègrent dans Scratch, le populaire outil de programmation éducatif choisi pour créer les jeux. Les premiers bugs font aussi leur apparition. Pendant que les programmeurs cherchent les solutions, graphistes, level designer et sound designer s’attellent à la production. Les narratives designers rédigent un synopsis : ils auront la lourde tâche de présenter le pitch de leur jeu à l’oral devant un public de professionnels au forum du jeu vidéo à la BPI. 

 

A trois heures de la fin de la phase de production, il reste encore du travail. Les 4 groupes vont s’appliquer pour finaliser leur projet : créer au moins un niveau du jeu qu’ils ont imaginé. Les élèves prennent conscience que la production d’un jeu passe par une phase de prototype qui permet de tester des idées. En une dizaine d’heures, ils parviennent à donner forme à ce test qui réveillera peut être l’envie de poursuivre, voire de s’intéresser de plus près aux métiers du jeu vidéo. Rendez-vous le 26 septembre 2020 pour jouer et découvrir les présentations de ces apprentis designers.

Copotato SAS

42 rue de la Bruyère
78000 Poissy
France

hello@copotato.com